Le cinoche à Lolo

Le cinoche à Lolo

LA TOUR INFERNALE

http://www.youtube.com/watch?v=0ILRVmydia8

 

Tu seras purifié par le feu et l'eau mon fils

 

  Un bon vieux film catastrophe comme on en fit quelques uns dans les années 70. Petite recette pour arriver à un bon résultat: prendre une poignée de vedettes (ici, la crème: Newman, Mac Queen, Fred Astaire, William Holden, Faye Dunaway), y ajouter des vedettes en devenir (Richard Chamberlain), des seconds rôles efficaces (Robert Vaughn, Robert Wagner) ou des people (O.J. Simpson), les enfermer dans un lieu clos avec tendance anxiogène (une belle tour en verre de 12 millions d'étages), faire intervenir des incidents qui entraînent une catastrophe ( des installations au rabais non conformes au schéma d'origine de l'architecte, un départ de feu, et un incendie hyper méga giga géant), et demander à un honnête artisan de mettre en image (John Guillermin).

  Bien sûr, on sait qu'il va y avoir des pertes dans les personnages principaux (j'imagine la gueule de ceux à qui on a du dire:"ben toi, tu meurs au bout d'une heure, toi au bout de trente minutes"), alors du coup, certains surjouent l'agonie et le moment héroïque. 

  Bien sûr, la plupart des péripéties sont improbables. Les scénaristes ont du faire un concours de "Cap/Pas Cap":

-Pas Cap de faire gober qu'on construit un immeuble de 150 étages et qu'on installe les réservoirs de 20 millions de litres de flotte sur le toit! Si, Cap!

-Pas Cap de faire descendre un ascenceur par le cable d'un hélicoptère! Si Cap!

-Pas Cap de faire évacuer des victimes par un cable tendu entre deux toits d'immeuble! Si Cap!

-Pas Cap de faire monter un gros gorille en haut de l'immeuble! Heu, ben on va attendre le prochain film de Guillermin. Par contre on gardera des rushs de l'immeuble vu d'en bas d'en haut, car ça pourrait servir. (des plans entiers de King Kong de 1976, réalisé par ce cher John ont été copiés/récupérés de ceux de La Tour Infernale).

  On appuie bien sur la manière de mourir des personnages (ceux qui ont pêché meurrent par le feu (Chamberlain, corrompu, Wagner, adultère), ceux qui sont plutôt sympas meurent de manière héroïque (la dame qui sauvent les enfants meure en chutant de l'ascenceur)).

  On nappe tout ça d'un hommage aux pompiers morts au combat pour se donner une bonne conscience et faire illusion sur le côté artistique de la chose, et voilà.

  Reste que Newman et MacQueen sont impeccables.

 



13/04/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres