Le cinoche à Lolo

Le cinoche à Lolo

LE PACTE DES LOUPS

 http://www.youtube.com/watch?v=RrrvrFnrUjs&playnext=1&list=PL3CA4160BB9615422

 

Patchwork improbable

 

  Du nanar, du pur, du genre que quand on met l’nez dedans, on continue jusqu’au bout car on se dit que ça va s’arranger. Ben, en fait, non.
  Rien que l’histoire est magnifique.
  Une bergère à l’opulente poitrine, alors qu’un de ses agneaux a eu la bonne idée d’aller se fourrer dans de la vase, se fait dévorer toute crue (avec le petit clin d’oeil aux “Dents de la mer”) en voulant le sauver. Deux hommes arrivent vêtus comme les cowboys de Sergio Leone (je rappelle à ceux qui ne connaissent pas le film qu’on est vers 1765 en plein Gévaudan, notre far-west local), et ils mettent une branlée façon kung-fu à des hommes déguisés en femmes qui en voulaient à un père et sa fille.

  Les deux ninjas s’avèrent être un envoyé du roi, Fronsac, ( mélange de Sherlock Holmes, d’Artagnan ,Karaté Kid et d’endive cuite (c’est Samuel Le Bihan)) et Mani son copain indien (c’est pour ça qu’il maîtrise le kung-fu, c’est bien connu). Ils viennent pour enquêter (car il y a eu plusieurs morts, faut suivre).

  Ils sont logés chez le marquis d’Apcher et son neveu, tous deux de bons gars, ça se voit au style dépouillé de la maison. Ils font la connaissance de la famille Morangias, d’horribles bourgeois ultra-réacs, d’ailleurs, ils ont des goûts de chiotte pour la déco de leur château. Toute la fange christiano-bourgeoise se livre à des libations régulières chez eux. Bon, j’accélère, car on est encore là demain.

  Des loups sont tués, car suspects d’être des tueurs en série des petites gens du coin, ce qui ennuie Mani qui se fait des trips hallucinogènes où il est le roi de la nature. Et ce qui déplaît à Fronsac car il sait que ce ne sont pas les loups qui ont tué. Apparaît alors Monica, dont les seins servent de fondus enchaînés à des montagnes. Bref, Fronsac rentre à Paris, les loups sont coupables et fin de l’histoire.

  Non, hélas. Fronsac et Mani reviennent car d’autres morts ont lieu. Mani est tué car il s’est trop aventuré dans la grotte, Fronsac décide de le venger et on découvre que ce sont les Morangias et le curé qui ont ourdi un complot visant à faire peur.

  Mais, bon, à ce stade, faut reconnaître qu’on se fout du pourquoi et du comment de l’histoire, et qu’on assiste médusé à un combat mélange de capoeira, de démarche de mecs bourrés et d’un épisode de San Ku Kaï, opposant l’endive royale et le mari de Monica, qui est très méchant.
  Je passe sur l’épée télescopique de Vincent Cassel, sur les combats kung-fu de le Bihan (on dirait une danseuse du Bolchoï sous ecstasy), et d’autres facéties du réalisateur. La bête ressemble à une Twingo à qui ont aurait collé des yeux et des piques sur le capot, il ne lui manque plus que le Klaxon et les jantes larges.
  Christophe Gans s’est lâché. Il y a plein de clin d’yeux à de multiples références cinématographiques (films de sabres, films de la Hammer, giallo, cinéma d’aventures des années 50). Mais ça ressemble à “Capitaine Fracasse” réécrit après une fête de la bière trop arrosée.
  Mais, bon, un film possédant un fondu enchaîné des seins de Monica avec des montagnes enneigées ne peut pas être tout à fait mauvais.

                                              

 



17/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres