Le cinoche à Lolo

Le cinoche à Lolo

ARRESTED DEVELOPMENT

 L'explosion des valeurs

 

 

Iconoclaste et irrévérencieuse, « Arrested Development » est la série qui m’a le plus fait rire ces dernières années. Diffusée dans la confidentialité, au cours des trois saisons de son existence elle a visité les limites des tabous. Des lignes directrices sont apparues au cours de ces trois années : l’American way of life (la politique et les institutions) et l’argent roi, le sexe, les drogues et autres addictions, les problèmes de communication, les religions, les médias et les apparences trompeuses. Je vais essayer de vous donner envie de vous procurer cette série en détaillant ces points de passage. Mais avant tout, une petite présentation de la série et de ces principaux protagonistes.

 

 

  1°) Pitch de base et introduction succinte des BLUTH et de leur entourage

 

 

                  

  Excédé par les membres de sa famille, tous plus irresponsables les uns que les autres, Michael Bluth, veuf et père d'un fils de 13 ans, décide de quitter ceux-ci afin de commencer une nouvelle vie. Malheureusement, juste avant son départ, son père, qui dirige une entreprise, est arrêté pour des magouilles financières. Les capitaux sont bloqués, mettant dans l'embarras toute la famille habituée à un certain train de vie. Pris de remords, Michael décide de rester afin de prendre les rênes de l’entreprise car, comme il le dit : « La chose la plus importante, c’est la famille !».

  Voilà, ça c’est la base. Bien évidemment, je ne vais pas vous raconter toute l’histoire. Néanmoins, certaines anecdotes apparaîtront ça et là au fur et à mesure de l’article pour appuyer les exemples.

  Donc, comme promis, voici une petite présentation des personnages.

 

-Michael (Jason Bateman) : le personnage central de l’histoire. Il est le seul à avoir les pieds sur terre. Obligé de prendre en main l’entreprise et tenter de remettre dans le chemin de la raison sa famille, il assiste aux catastrophes découlant de l’inconséquence de ceux-ci. Vivant dans le pavillon témoin d’un hypothétique futur lotissement que devait bâtir son père, il doit aussi veiller sur son fils George-Michael, personne dont il est le plus proche.

-George Oscar dit GOB (Will Arnett): frère cadet de Michael, GOB est le mouton noir de la famille (on se rendra vite compte que la famille arriverait à tourner sans lui). Il reste néanmoins un des personnages les plus drôles de la série, faisant rire (à ses dépens) tout le monde. Il est magicien, mais d’une nullité crasse, et surtout, on ne peut pas lui faire confiance. On sent qu’il n’a jamais eu l’affection de ses parents. Sinon, en anglais,  to gob veut dire cracher, et par dérivation, ça désigne un mollard (un peu de culture n’a jamais tué personne).

-Lindsay (Portia de Rossi) : sœur jumelle de Michael, marié à Tobias Füncke, mère de Maeby, elle n’a que deux intérêts dans la vie : le pognon et comment le dépenser. Superficielle, très belle, enfin bref, la bimbo (la poitrine en moins) californienne. Fan de soirées caritatives, si celles-ci peuvent rapporter du fric.

-Tobias (David Cross) : mari de Lindsay. Ex-psychothérapeute, ex-médecin radié par le conseil de l’ordre après avoir exploser le sternum d’un homme lors d’un massage cardiaque, alors que celui-ci dormait. Il est toujours en décalage avec la réalité. Tout laisse à penser qu’il est un homo qui ne s’assume pas. Ne pouvant plus exercer médicalement, il décide de devenir acteur.

-Byron dit Buster (Tony Hale): frère de Michael. Attardé, il passe ses journées dans les jupes de sa mère. Leur relation est ambiguë pour le moins. A eu droit à la présidence de l’entreprise. Pendant une heure. Sa mère l’a inscrit a tout plein de cours inutiles.

-Lucille (Jessica Walter) : la mère. Habituée à vivre avec un certain train de vie, elle méprise tout ce qui n’est pas de son monde. Elle n’a de mère que la fonction génitrice, elle est presqu’incapable de sentiments (« Ma source d’amour maternelle est asséchée depuis longtemps. »). Elle a sûrement voté pour les Républicains toute sa vie. Alcoolique chronique.

-George (Jeffrey Tambor) : le père. Enfin, si on veut. A se demander quand il a eu le temps de procréer avec sa femme, vu qu’il a passé le plus clair de son temps à la tromper. Il était à la tête de l’entreprise, mais ses magouilles l’ont rattrapé. Il commence la série en étant interpellé et conduit en prison. Un vrai requin des affaires.

-George-Michael (Michael Cera) : le fils de Michael. Ado avec une intelligence un peu au-dessus de la moyenne. La mort de sa mère fait qu’il s’est rapproché de son père qu’il prend comme modèle. Il tombe amoureux de sa cousine.

-Maeby (Alia Shawkat) : fille de Lindsay et Tobias. Elle est très ambivalente : des idées d’adulte dans un corps de gamine. Elle est en manque d’attention (elle risque de finir comme son oncle GOB, même si  elle paraît avoir plus d’intelligence). Dans le premier épisode, pour attirer l’attention de ses parents, elle roule un pelle à son cousin George-Michael, mais le seul qui s’en rend compte est celui-ci, ce qui le rend amoureux.

-Le narrateur (Ron Howard) : il est là pour apporter une distanciation parfois très drôle et souvent salvatrice sur les évènements.

-Jerry Zuckerkorn (Henry Wincler) : avocat de la famille, plus incompétent qu’un avocat commis d’office, plus porté sur le sexe sous toutes ses formes et avec n’importe quel partenaire que sur le boulot. Interprété par Fonzy d’Happy Days, amusant, car le narrateur est Ron Howard, Richie dans la même série.

-Lucille 2 (Liza Minelli): amie de Lucille Bluth, aussi âgée qu’elle. Elle va se taper néanmoins et Buster et GOB.

-Carl Weathers (Carl Weathers): l’acteur adversaire/ami de Stallone dans la série des Rocky (c’est Apollo Creed), dans son propre rôle (enfin, je souhaite qu’il ne soit qu’une caricature), car il est acteur, radin et has been.

-Rita (Charlize Theron) : Anglaise dont Michael tombe amoureux avant de se rendre compte qu’elle n’a que cinq ans d’âge mental.

-Maggie (Julia Louis-Dreyfus): procureur, puis avocate, mais surtout aventure sexuelle régulière de Michael. Capable de simuler la cécité puis la prégnance afin de sensibiliser l’auditoire du tribunal. Menteuse, calculatrice, mais chaude sexuellement.

-Steve Holt (Justin Grant Wade): le lycéen footballeur, tout en muscle. Maeby en est amoureuse. On découvre qu’il est le fils de GOB.

-Bob Loblaw (Scott Baïo) : avocat remplaçant Jerry Zuckerkorn, beau gosse. Lindsay tente de le draguer et se retrouve femme de ménage chez lui. Avant de coucher avec. Son nom se prononce Blablabla.

-Martha (Patricia Velazquez) : Belle actrice de soap opéra mexicaine. Michael tombe amoureux d’elle pensant que GOB la délaisse.

-Kitty (Judy Greer) : secrétaire de George, elle en connaît beaucoup sur les magouilles de celui-ci. Occasionnellement sa maîtresse. Elle se refait faire sa poitrine qu’elle montre à Michael, et couche aussi avec GOB.

 

  Les présentations étant faîtes, nous allons pouvoir essayer de détailler en quoi cette série est irrévérencieuse.

 

 

 2°) L’éclatement des institutions et de l’American Way of Life


  La société américaine emporte tout sur son passage. Basée sur le concept de l’argent roi, elle pense que rien ne peut lui résister. Tournée juste après le 11 septembre (la guerre en Irak a une place prépondérante dans la série, nous le verrons), la série, à travers la chute des Bluth, anticipe la crise de 5/6 ans.

  Le fondement de la société américaine, la première cellule, est la famille. Hors, dans cette série, la famille ne tint que par le pognon. La ruine entraîne l’explosion totale de celle-ci (cruelle anticipation de la réalité économique mondiale). On se rend compte que le seul ciment était dans le fric et non dans l’humain. Le symbole de cette explosion est dans le rôle de George et de Lucille. Les relations entre la famille et la mère sont conflictuelles et cruelles. Lucille est capable de tout pour quelques dollars (par exemple, elle préfère raconter que sa mère est en croisière plutôt que d’avouer sa mort afin d’éviter que la famille se batte pour l’héritage .Ce qui entraîne une belle phrase paradoxale de Lindsay : « Tout va bien, Nana n’est pas sur le yacht (qui vient d’exploser), elle est morte depuis six mois. »). De plus, pour elle, l’apparence est primordiale (témoin l’épisode où elle trouve tout le monde gros, allant jusqu’à dire à Lindsay : « Tes talons aiguilles ne supporteront pas ton poids. »). A vrai dire, même si elle n’aime personne, c’est vers sa fille que les piques les plus sévères sont adressées («  J’ai toujours rêvé d’avoir une fille blonde », elle le traite de pute aussi (involontairement, ignorant que c’est elle, mais bon…)). On découvre lors du dernier épisode que Lindsay n’est pas sa fille, ce qui explique peut-être cela. Paradoxalement, Lucille ne supporte pas de vivre seule.

  George, un peu sur le même schéma,  est incapable d’amour pour ses gosses, même s’il montre un peu de reconnaissance pour Michael et George-Michael, les seuls ayant un peu de valeur à ses yeux. Il pense à voix haute (et à raison) que GOB est un crétin fini, arrivant même à voir en Buster un héritier plus naturel de l’empire.

  En attaquant la société américaine sur une base sensée être solide, les répercussions se font ressentir partout. L’absence de fric va être dur à vivre pour tout le monde, Michael excepté. Prenant en main les destinées de la famille, il découvre où passait l’argent : payer des cours inutiles à Buster, aider GOB à lancer sa carrière de magicien, permettre à Lindsay de vivre dans des palaces, financer des implants mammaires…Forcément, le tour de vis est sévère. Michael est « un robot » (phrase qui revient souvent). C’est Rita qui a la meilleure phrase pour dénoncer son attitude face à cette crise : « Michael, tu es trop adulte. »

  La perte de la valeur monnaie les entraîne devant la case justice. Les autorités judiciaires et policières sont passées à la moulinette de la satire, et ça fait mal (et rire aussi). Deux symboles de la justice traduise cette ironie mordante : l’avocat Jerry Zuckerkorn et le procureur Maggie Miller. Zuckerkorn est incompétent, porté sur le cul (les putes, les travelos, les mineures, les plans foireux à plusieurs….), et vénal. Pour changer d’avocat, il vaut mieux en prendre des plus médiatiques. Quant à Maggie, elle est menteuse, arriviste et sans scrupule. Elle se fait d’abord passer pour aveugle (avec un chien, qui lui est réellement aveugle) pour apitoyer et attendrir les jurys de cour d’assises, puis est capable de simuler un état de femme enceinte avec une prothèse (pour plaider dans un procès où elle fait passer une femme réellement enceinte pour obèse afin d’attaquer un fast-food). L’autre avocat apparaissant régulièrement dans la série se nomme Bob Loblaw (Blablabla)…

  L’histoire se déroulant juste après le 11 septembre 2001, il était presque sûr que la politique américaine allait se retrouver elle aussi broyer. La dernière saison voit plusieurs épisodes se dérouler en Irak, George ayant fait un deal avec Saddam afin de lui construire des lotissements à l’américaine en plein désert. GOB est envoyé en Irak afin d’y faire des tours de magie, mais on grand sens de la communication (on en reparlera plus tard), lui fait parler de « burning bush » (buisson embrasé), et les Irakiens comprennent bien évidemment autre chose. On découvre des pavillons où sont réfugiés tous les sosies de Saddam, un pays où l’armée américaine n’est que bonne à former l’armée irakienne et où les noms de rues sont ceux de l’administration Bush (Voie express Cheney, Avenue Halliburton, allée Condoleeza Rice). Sans compter la petite photo de 1983 où on voit Donald Rumsfeld serrer la main de Saddam………

  Cette famille est tellement désastreuse que Michael préfère dire à Rita lorsqu’il la rencontre qu’il n’a pas de famille. On le comprend.

 

 

3°) Le sexe sous toutes ses formes

 

 

                                               

  Autant le dire tout de suite : oui, cette série parle de cul, parfois directement, parfois de manière détournée. Aucun tabou ne semble avoir freiné les scénaristes, ce qui est le plus souvent drôle.

 

A)   L’homosexualité

 

  S’il arrive à beaucoup de personnages d’avouer avoir eu des relations occasionnelles (George en prison, GOB lors d’une partie à trois, Buster violé alors qu’il est dans le coma), et même s’il arrive qu’il soit glissé de manière radicale (toutes les recrues de l’église sont des homos), le thème de l’homosexualité est centré sur le personnage de Tobias.

  Bien que marié à une femme très attirante, il fait tout pour que l’on puisse croire qu’il est homo. Un petit florilège :

-il tente de pousser son neveu à l’homosexualité.

-il porte constamment, sous ses habits, un petit short coupé en jean (officiellement, parce qu’il a une maladie qui fait qu’il ne supporte pas de vivre nu).

-il se déshabille néanmoins devant son neveu.

-voulant faire jeune, il achète une tenue en cuir. Dans un magasin homo/SM.

-Coming out dans un dialogue :-« On a pris Michael pour la campagne pub car il est sympathique, célibataire, mignon et hétéro.

                                                  - ça m’élimine automatiquement. (Silence) Elle a dit célibataire, je ne suis pas célibataire. »

-il est le roi des phrases à double sens. Petits exemples :

                                                   -« J’ai passé mon adolescence à quatre pattes. »

                                                   -en VO: “I’m analyst and therapist. I’m an analrapist.” (analrapist= violeur sodomite)

-il adore mettre les habits de sa femme.

-il n’arrive pas (ou presque pas) à avoir de relations sexuelles avec sa femme.

-il rêve de coucher avec Robert Redford.

-il a écrit un livre : « The man inside me » (« L’homme en moi »). (Livre d’introspection psychanalytique). Gros succès auprès des homos.

-il emmène Buster dans une soirée pour un plan drague. Dans un bar gay.

-il rachète une boîte à un travelo et suite à une erreur de typographie, celle-ci s’appelle « Tobias is Queen Mary » (Tobias est la reine).

-la femme de ménage l’appelle « Mister Gay ».

 

  Il aime sa femme, mais son incapacité à se reconnaître homo fait que leur couple ne marche   pas. Dans le dernier épisode, il est clairement exprimé qu’il est gay, et on voit leur couple enfin sourire.

 

http://www.youtube.com/watch?v=UrIpPqcln6Y&feature=related

 

B)    L’addiction sexuelle

 

  Quatre des membres de la famille ont des besoins sexuels démesurés (certains en continu, d’autres en pointillé).

  George a passé sa vie à tromper son monde. Et tromper prend ici toutes les acceptions, à savoir mentir, mais aussi commettre l’adultère. Il a clairement eu une relation suivie avec Kitty, sa secrétaire, mais il a eu des expériences avec diverses femmes durant toute sa vie. Il est incapable de se contrôler. Un exemple le plus flagrant est la relation qu’il a avec une femme qui le visite en prison (en fait un agent de la CIA qui est chargée de lui faire avouer ses fraudes financières). Chacun d’un côté du grillage, il lui demande de se rapprocher. Pensant qu’il va lui faire ses aveux, elle s’approche. Nous, on peut raisonnablement penser qu’il va lui dire des choses tendres. Et non. Il en profite pour lui tripoter les tétons. Pas de sentiments, que du sexuel. Il a couché avec la sœur de Lucille (qui elle se tape son frère jumeau). Tellement excité par le sexe que Lucille n’a pas pu allaiter ses enfants, vu qu’il ne supportait que quelqu’un d’autre touche les seins de sa femme. Enfermé seul au grenier, il se crée une vie sexuelle avec des poupées, à qui il propose d’enlever leur haut.

  Son frère jumeau, Oscar, est également très branché cul. Il est capable de tripoter les seins de Lucille en public.

  Un autre obsédé est GOB. Il a un énorme sexe à la place du cerveau. Toute femme (même les moustachues ou les vieilles) est un objectif potentiel. Il baise à tout va, mais est incapable de mettre un terme à une relation. Il ne connaît pas le mot sentiment. Pour lui, la femme idéale est la femme aveugle. Pas obligé de la rappeler….Cependant, la seule fois où il se marie, il ne consomme pas le mariage.

  Lucille, qu’on pensait frigide pendant une grande partie de la série, se redécouvre une libido débridée sur le tard. Bien que Buster la pense « incapable de se faire violer », elle découvre le sexe débridé avec Oscar. Au retour de prison de George, dans un accès de nymphomanie, elle finit par épuiser celui-ci. Capable d’utiliser le sexe à des fins personnels (elle avoue deux fois tenter de coucher pour obtenir quelque chose au cours de la série), elle aime les hommes virils, « pas les lopettes »…Elle aime d’autant plus le sexe qu’elle sait « que ça ne risque rien, elle ne peut plus avoir d’enfant ».

  Lindsay, elle, est une accroc frustrée. Son mari étant incapable de la satisfaire, elle part en chasse et se heurte à un mur. Elle est tellement désespérée (Desperate housewife ?) qu’elle est prête à se taper un SDF. Prête à tout, elle n’hésite pas à porter une robe moulante, sans sous-vêtements, avec une belle inscription (Slut, Salope) sur cette robe. Et ce le jour de la veillée funèbre pour son père (enfin, le jour où tout le monde croît qu’il est mort). A cours d’argument, elle prend un coupe-faim qui lui tue sa libido (enfin, momentanément). Elle arrive cependant à atteindre trois orgasmes consécutifs, un soir, en se masturbant.

 

 

C)   Inceste et sexe en famille

 

  Bon, pas de trucs très graveleux, mais n’empêche, le thème est récurent. Il apparaît notamment dans la relation George-Michael/Maeby. Leur histoire va aller crescendo au cours des trois saisons, commençant par un baiser innocent, passant une nuit de sexe, se terminant en mariage. Le fait qu’ils soient cousins les faits se questionner sur la pertinence des sentiments qu’ils peuvent éprouver l’un pour l’autre. Mais la morale est sauve en fin de série, car on découvre qu’ils ne sont pas cousins, Lindsay n’étant pas la sœur de Michael, vu qu’elle a été adoptée. Du coup, leur liaison leur apparaît inintéressante.

  Lindsay a une relation basée sur attirance/répulsion avec Michael. Lorsqu’elle découvre qu’elle n’est pas sa sœur, elle avoue avoir toujours voulu coucher avec lui.

  GOB, lui, propose à Lindsay de se faire faire des implants mammaires, avouant implicitement qu’il lui reluque la poitrine, et le connaissant, cette proposition n’est pas faite dans le vide. Deux fois dans la série, il se retrouve accidentellement à voir ses parents faire l’amour.

  Buster a une relation très particulière avec sa mère. L’inceste n’est jamais clairement établi, mais le cordon, lorsqu’il est rompu, entraîne une grosse tristesse chez l’un et chez l’autre.

 

 

D)   L’amour des handicapés, et les perversions cachées

 

  Buster, étant amoureux de sa mère, finit par se taper la meilleure amie de celle-ci, qui en est une copie conforme. Néanmoins, celle-ci à des nausées durant leur relation. Mais sa vie sexuelle est une des plus riches. On découvre au fur et à mesure qu’il se masturbe avec tout ce qui lui passe sous la main (les peluches) ce qui entraîne unes répliques les plus drôles :

-« Maman, j’aime le travail intellectuel.

-Et soudain, la masturbation est considérée comme un travail intellectuel. »

  Il a également une relation sexuelle (brève) avec la femme de ménage. Celle-ci étant virée, il tombe amoureux du robot-aspirateur qui la remplace.

  La pédophilie est également approchée. GOB se tape des étudiantes, et finit la série en couple avec la petite amie de son neveu. Lindsay, elle, par défi, drague ouvertement le petit ami de sa fille. Et Tobias a une attitude des plus ambiguës avec son neveu.

  La prostitution joue un rôle important elle aussi. Nous ne reviendrons pas sur l’avocat Jerry Zuckerkorn, pour qui le sexe ne peut être que tarifé. Mais on découvre également que GOB est maquereau. George demande à GOB de pousser sa mère à se sacrifier sexuellement pour sauver l’entreprise. Dans le même ordre d’idée, Michael accepte de vendre Lindsay pour une soirée à un vieux monsieur.

  Deux petites allusions à des perversions apparaissent également : George et Lucille utilisent la prothèse de Buster (il a perdu une main) pour « faire des choses, enfin, tu comprendras ». Et GOB, pour un tour de magie planque la colombe…..dans son slip.

 

4°) Drogues, addictions, problèmes de communication et autres sujets

 

 

                            

A)   Drogues et addictions

 

  Hormis le sexe, qui entraîne une addiction énorme chez certains personnages, le fric est l’addiction la plus forte chez presque tous les personnages (Michael, George-Michael et Buster étant un peu à part).

  L’alcool est une des drogues également présentes. Lucille est une alcoolique chronique, capable de s’enfiler de la vodka au petit déjeuner. Elle part en cure mais rechute régulièrement. Buster prend une fois une cuite (« ses premières gouttes d’alcool depuis son allaitement »).

  La drogue est présente sous diverses formes. GOB utilise du GHB pour que les personnes qui participent à ses tours de magie oublient tout et ne puissent pas révéler les trucs (paradoxal quand on sait qu’il adore raconter les ficelles du métier). Oscar est plutôt orienté sur la marijuana, souvenir de son passé hippie. Il la planque dans une boîte, et Buster croyant qu’il s’agit de nourriture à tortue tue sa bestiole en la nourrissant avec. Tobias et Lindsay sont plutôt utilisateurs de psychotropes. Ce qui a des relations sur l’équilibre (sexuel surtout) du couple.

  L’addiction d’Ann (petite amie de George-Michael), est la religion. Très pratiquante, elle accepte de s’en détourner le jour où elle découvre le sexe.

 

 

B)    La communication

 

  Les problèmes de communication et de compréhension sont récurrents tout au long de la série. George-Michael a du mal à être cru quand il dit la vérité (il avoue à son père plusieurs fois qu’il aime sa cousine).

  De même, celle-ci, lorsqu ‘elle avoue à son père qu’elle ne va plus à l’école mais travaille pour un studio de cinéma, celui-ci n’entend pas car il a des écouteurs sur les oreilles.

  Tobias et Lindsay sont incapables, tout au long de la série, de mettre à plat leurs problèmes et de ce fait sont les seuls à ne pas voir que leur couple est superficiel.

  Les problèmes de langue sont également itératifs tout du long de l’histoire. Deux exemples sont représentatifs de ce problème : GOB recherche un nommé Hermano dont Martha, la fille avec qui il couche, est amoureux, il ne comprend pas qu’il s’agit de son frère (Hermano en espagnol). De plus, Lucille a adopté un petit Coréen. Elle se tue à l’appeler Anyong, pensant qu’il s’agit de son nom. En fait, il dit juste bonjour en Coréen.

 

 

C)   Les faux-semblants

 

  Le thème est un des plus fréquemment utilisé tout du long de la série. Le symbole en étant le rôle double de Jeffrey Tambor (George et son jumeau Oscar). Régulièrement, on pense avoir à faire à l’un alors que c’est l’autre.

  Maeby est une des spécialistes de ces faux-semblants : elle s’invente une jumelle handicapée pour arnaquer les œuvres caritatives. Et elle finit par bosser dans un studio de cinéma (suite à quiproquo sur son âge et sur la raison de sa présence dans un bureau).

  Tobias étant toujours en décalage, les faux-semblants lui collent à la peau. Le problème sur sa vraie sexualité est le plus flagrant. Un autre est le thème récurent du Blue Man Group, groupe musical, pour lequel il postule pensant qu’il s’agit d’un groupe de soutien aux personnes dépressives.

  De plus, la maison dans laquelle Michael vit, et qui est un élément central de la série, n’est pas une vraie maison, mais un pavillon témoin.

 

D)   Et si le show était un documentaire ?

 

  Bien sûr qu’il s’agit d’une série avec des acteurs. Mais tout nous pousse à croire qu’il s’agit de téléréalité :

-   commentaire off qui tout en commentant l’action, prend de la distance par rapport à celle-ci.

-   plans cut pour illustrer ce qui est déclaré.

-   apparition des micros perches dans le cadre.

-   floutage des parties intimes.

-   Bips pour cacher les insanités.

-   passage du film en 3D( !)

 

  La scène finale nous montre Maeby racontant l’histoire de sa famille à un studio de cinéma et un réalisateur (Ron Howard) dire qu’il est intéressé pour en faire un film.

 

 

 

  En trois saisons seulement, cette série a réussi à dynamiter tous les tabous. Monter sur un format sitcom (épisodes de 20 minutes), elle ose tout, là où des séries françaises font preuve d’une mièvrerie rare. Une pépite. 



26/08/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres